• Clarelis et vous

Immobilier de montagne : le bon moment pour investir ?

Dernière mise à jour : 16 févr.

Alpes du Sud, Alpes du Nord, Pyrénées, Jura... Le marché a été bousculé par la pandémie avec une chute de la fréquentation des stations de ski due à la fermeture des remontées mécaniques. Malgré cela, les prix résistent bien à la crise. Les bailleurs doivent s’adapter face à la baisse de la demande de locations.




DES PRIX QUI RÉSISTENT

Alors que l’hiver 2020/2021 le gouvernement a fermé les remontées mécaniques en raison de la pandémie, les prix de vente en montagne résistent. Les prix ont continué de grimper dans le massif des Alpes du Nord, les Alpes du Sud et les Pyrénées. Dans les Alpes du Nord, les prix résistent et restent à un niveau élevé. C’est d’ailleurs dans cette région que l’on trouve les stations les plus chères de France. Le prix moyen du m2 y est de 5 272 euros et monte jusqu’à 5 753 euros pour les chalets. Selon une étude de « Meilleurs Agents », le marché immobilier dans les Alpes du Nord connaît une hausse de +7% en 2020. Les prix dans les Alpes du Sud se maintiennent et ressortent à 2 624 €, une augmentation de +0,2% en 2020. Les Pyrénées s’en sortent bien, une hausse de 0,8% des prix du m2 sur les 12 derniers mois y est constatée. Le prix moyen du m2 y est estimé à 2 144 euros.

DES OPPORTUNITÉS À SAISIR

Dans les Alpes, la montagne attire de nombreux investisseurs qui souhaitent acquérir une résidence secondaire quand d’autres souhaitent investir dans une résidence principale. Ce phénomène existait déjà, mais a été amplifié avec la crise sanitaire et l’explosion du télétravail. Également en cause, un marché immobilier sur le littoral quasiment saturé et des villages proches des montagnes affichant des prix plus accessibles. Si les prix résistent autant, c’est parce que l’immobilier de montagne joue le rôle de valeur refuge en cette période si particulière. La pierre attire toujours autant. La demande s’est donc maintenue malgré la perte d’une clientèle étrangère, au premier rang desquels les anglais, suite au Brexit. Quant aux propriétaires qui font face à une absence de touristes, ils se résignent à attendre la fin de la pandémie et la réouverture des frontières plutôt que de mettre en vente leur bien.


MOINS DE LOCATAIRES, POUR LE MOMENT

Avec la crise, les propriétaires bailleurs font face à une baisse de la demande de 30%. En temps normal, les rendements sont de l’ordre de 2 à 3%. Les bailleurs doivent à présent s’adapter aux demandes des clients qui n’hésitent pas à négocier les prix au regard du contexte. Les conditions d’annulation doivent également être plus flexibles. Enfin, pour que son bien se démarque, la décoration doit être toujours plus soignée et une attention devra être portée sur le confort et les équipements.


INVESTIR EN MONTAGNE, UN INVESTISSEMENT À MÛRIR

Avant tout, si vous n’avez aucune idée d’où réaliser votre investissement, il est préférable d’opter pour les stations de ski les plus rentables et donc pour les stations alpines. Il faut intégrer que la période de location d’un bien en station de ski est de 4 à 5 mois maximum selon la neige. En été, il est assez rare que les biens se louent. En fait, on peut même dire que la majorité des biens se louent aisément et rapidement pendant en moyenne cinq semaines (deux semaines de décembre, deux semaines vacances de Paris en février et une semaine pour le reste). La réputation de la station et sa taille, son enneigement (> 1 800m d’altitude est le mi- nimum pour ne pas avoir de problèmes à ce niveau-là), les services, commerces et activités présents sur place, ... sont autant de cri- tères qu’il faut prendre en compte avant de se pencher sur le type de bien à privilégier. La clientèle française et étrangère, qui vient skier, se concentre en grande partie sur des appartements ou chalets de 50m2 ou plus. Les chalets de 100m2 sont aussi recherchés mais plus rares donc plus chers. Une fois la surface choisie, il vous faudra louer votre bien en meublé donc passer au statut de LMNP (loueur en meublé non professionnel) et décider du régime fiscal qui vous convient. Vous porterez également attention aux frais de gestion locative souvent élevés.